Rechercher
  • Bertinat Eric

De l'horlogerie (5)

Mis à jour : mai 7

La pendule d’Esther (suite et fin).

J’ai reçu le cadran, dont le diamètre est évidemment trop grand, le petit moteur à quartz et les aiguilles «gothiques». Après avoir ruminé longuement sur la manière de fixer le cadran (voir mon premier texte du 15 mars), il me faut passer à l’action. Diminuer le diamètre du cadran a été compliqué. Il a fallu le maintenir dans une pince sans l’abîmer. Le support du cadran est en aluminium, difficile à tourner. Mais bon, avec de la patience, c’est fait ! Trois trous dans le cadran, à raz le bord extérieur, c’est fait. Trois trous de 1,7 millimètre dans les bords en biais du bâti de la pendule puis je passe les tarauds de 2 millimètres, j’ébavure. C’est fait !

C’est après que tout s’est compliqué. Les vis ne viennent pas plaquer la surface du cadran, elles sont de biais et ça se voit. C’est franchement moche. Après la réflexion, l’audace du choix. Place au limage pour fendre les trous et en faire des encoches. Trois rondelles et trois écrous plus tard, la langue pincée entre les lèvres, le résultat est là : la pendule d’Esther est sauvée !

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout