Rechercher
  • Bertinat Eric

De l'horlogerie (6)

Dernière mise à jour : mai 7

L’horloger et ses psychoses. Ou du moins l’une d’entre elles : la casse.

Avec soin, l’on démonte l’horloge de Christian. Une jolie pendule à poids qui a mérité une bonne révision. Et là, clac ! Le ressort en acier doux du cliquet d’une des deux «poulies» sur lesquelles s’enroulent les chaînes tombe sur l’établi, en deux morceaux. Un ressort long, en arc-de-cercle, un petit millimètre d’épaisseur, à peine le double en hauteur. Un ressort, bon sang ! Qui vit, qui bouge, qui repousse tel le bon vieux politicien conservateur tout mouvement présomptueux du cliquet…

Rechercher sur internet un ressort pareil ? Mission impossible : seul Tom Cruise y arriverait. Le refaire ? Le souder ? Sombrer dans le désespoir ? 48 heures plus tard de questionnement métaphysique - dans quel état gère ? - la décision est prise : on ressoude. Voilà 20 ans que je n’avais plus fait pareille opération chirurgicale. Après trois essais, pas assez chauffé l’acier à «rouge cerise foncé», on y est. Est-ce que ça tient ? La main tremblante, on plie le petit engin. Il tient. On nettoie le tout. Dernier test à la cuve ultrasons. Ça tient. Il n’y plus qu’à remonter le tout et tester. Plusieurs fois. Ça clique joyeusement. La soudure, chaud devant !


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout